Les querelles du système de gestion de contenu libre…

WordPress est un système de gestion de contenu libre, son utilisation est sous les conditions de la licence GPL. Cette licence permet la libre utilisation du produit et fixe des conditions légales de distribution.

Au sein de la communauté open source, un débat fait rage entre Matt Mullenweg, l’un des fondateurs du système de gestion de contenu libre « WordPress » et Chris Pearson, le créateur du thème, mais également du kit de composants appelé « Thesis« . Le créateur de ce thème avancé met en avant sa politique de commercialisation de son produit et rentre en conflit avec Matt Mullenweg qui dénonce cette méthode, qui est pour lui à l’encontre des conditions de la licence GPL. Ce thème est pourtant très populaire est beaucoup utilisé, malgré son prix. D’après le créateur plus de vingt-sept mille utilisateurs.

Les querelles du système de gestion de contenu libre... !

Le débat

Interviewé récemment par « Mixergy.com« , Chris Pearson et Matt Mullenweg ont pu discuter et donner leurs avis et leurs vues respectives sur cette histoire de droit d’auteur et de licence GPL. La vidéo, en anglais, peut être visionnée dans l’article cité précédemment. Cependant, trouvant aucun accord, Chris soulève une possible irritation envers Matt, lui affirmant que maintenant il n’est plus possible de faire marche arrière et que deux options s’offre à lui : la possible poursuite judiciaire qui aura pour de lourdes conséquences, pour l’un des deux ou tout simplement l’abandon de cette conversation, dîtes « stupide« . De toute évidence, au point où en est le conflit, il ne semble pas y avoir d’issue favorable. Matt Mullenweg semble être en désaccord avec Chris Pearson. Il ne souhaite bien évidemment pas intenter un pro cès à un des membres importants de la communauté WordPress, mais ne souhaite pas permettre à Chris de violer la licence GPL. Un procès serait sans précédent et ouvrirait la voie à de nombreux autre procès.

La division de la communauté

Mettons les choses au clair. Le thème avancé « Thesis » utilise et modifie indirectement WordPress dans son utilisation via un système avancé de gestion de contenu implanté dans le « core » du thème et disponible dans l’administration de WordPress. Ces options sont donc, comme la plus-part des thèmes avancés, tels que les nombreux thèmes distribués par « WooThemes », une fonction en plus de WordPress. Cependant, notons que « WooThemes » à un avantage. L’un des développeurs de ces thèmes a aidé au développement de la dernière version de WordPress et travail donc pour WordPress.

Chris Pearson quant à lui, distribue sous sa propre licence son thème « Thesis« . Le fait de distribuer sous sa propre licence est éventuellement compréhensible. C’est le travail effectué par le développeur qui mérite d’être protégé. Le système de gestion de contenu « WordPress » est sous licence GPL et permet donc à n’importe qui de distribuer n’importe quoi, sous licence GPL. Matt Mullenweg souligne le fait qu’un produit utilisant les bases de WordPress doivent également être sous licence GPL et distribué sous cette même licence.

« WordPress est sous licence GPL, Thesis doit l’être également. »

Vers où cela nous mène-t-il ?

La GPL n’interdit pas de vendre un produit, mais impose des restrictions sur la redistribution légales du produit lui-même. Il est clair que le thème de Chris « Thesis » ne peut être utilisé sans WordPress. Le service de gestion de contenu étant la base à tout (extensions, thèmes et autres). Chris est en fait dans une mauvaise posture, car selon lui et pour protéger l’essentiel de son travail, cette licence GPL permettrai alors aux utilisateurs du thème de distribuer gratuitement le thème acheté.

Nous citons précédemment le service en ligne « WooThemes » qui lui met à disposition ces thèmes sous licence GPL. Cela pose énormément à confusion. Ces thèmes, sont en total accord avec l’utilisation libre de WordPress, libre à-eux de vendre leurs produits. Mais signalons le fait qu’une fois un thème acheté, nous pouvons alors le redistribuer librement et gratuitement, à moins que la nouvelle version de la licence « GPL 2.0 » corrige ce petit problème.

Allez plus loins

5 réponses

  1. Solution : passer WordPress en LGPL. Problème réglé.

    Je suis d’accord avec le créateur du thème en ce qui concerne la protection du travail de son auteur : cela voudrait dire que l’on peut prendre n’importe quel thème de n’importe quel site WordPress sur internet, l’utiliser pour soi-même, et s’appuyer sur la GPL pour dire que l’on a le droit ? Inconcevable !

    J’ai toujours préféré les licences style BSD (genre Creative Commons BY), qui permettent à un auteur de mettre son travail sous licence libre sans pour autant imposer une redistribution sous la même licence (à l’instar de la licence Creative Commons BY-SA). La « viralité » (ou « hérédité » pour les puristes) de la GPL me semble bien inadaptée pour un système tel que WordPress. Passer tout ça sur LGPL règlerait le problème : WordPress reste libre, les personnes qui aiment la (L)GPL continuent de faire leurs thèmes sous cette licence, et les personnes qui veulent exercer un vrai contrôle sur leur thème peuvent le faire sans souci d’enfreindre la GPL.

    Mais cette histoire de licence est avant tout idéologique, et Matt Mullenweg ne lâchera pas le morceau je pense…

  2. nous pouvons alors le redistribuer librement et gratuitement, à moins que la nouvelle version de la licence « GPL 2.0 » corrige ce petit problème.

    Ce serait justement un problème si on ne pouvait pas le redistribuer librement et gratuitement (sous la même licence GPL et en citant les auteurs).

    On voit ce que ça donne avec BSD, des logiciels fait pour libérer sont utilisés pour emprisonner les utilisateurs (Mac OS).

    1. Ben, d’où l’intérêt de la LGPL (qui n’est pas) une licence style BSD. Ce qui est libre doit rester libre, mais ce qui est à côté n’est pas obligé d’être libre.

      1. Ce que je veux dire, c’est par exemple « WooThemes » est sous GPL, mais fait payer ses thèmes. On retrouve alors ce genre de pack en ligne, dénigrant le travail des graphistes et développeurs. Chris, l’auteur du thème « Thesis », s’il met à disposition son produit sous GPL, il suffit alors qu’un seul achète le produit pour le distribuer, légalement. Pour le moment, si l’acheteur redistribue le thème, il sera à l’encontre des conditions de la licence de « Thesis ».

        @Diti Merci pour toutes ces informations, très utiles pour ce genre de débat, article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *